Viens est une commune française située dans le département de Vaucluse (84) et la région de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ce petit village médiéval, fasse au massif du Lubéron, fait parti de l’arrondissement de l’Apt. Son code postal est 84750.

Mairie de Viens

La Mairie de Viens

Viens est une commune française située dans le département de Vaucluse (84) et la région de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les habitants de la ville de Viens sont appelés les Viensois et les Viensoises. Ce petit village médiéval, fasse au massif du Lubéron, fait parti de l’arrondissement de l’Apt. Son code postal est 84750.

Contacter la mairie de Viens

La commune de Viens fait partie de la Communauté de communes du Pays d'Apt-Luberon.
Adresse de la Mairie :
Place de l'Ormeau
84750 Viens
Téléphone : 04 90 75 20 02
E-mail : commune-de-viens@wanadoo.fr

Cordonnées GPS :
Latitude : 43.89547
Longitude : 5.56664


Le maire de Viens est Mireille Dumeste (directrice d’école) pour un mandat de 2015 à 2020.


Horaires de la mairie de Viens

  • Lundi : 09h- 12h et 14h - 17h
  • Mardi : 09h - 12h
  • Jeudi : 09h- 12h et 14h - 17h
  • Vendredi : 09h - 12h

Géographie

Géographiquement, la commune de Viens est située dans le parc naturel régional du Luberon (618 mètres d'altitude). 2 rivières traversent la commune de Viens :

  • la Rivière Le Coulon
  • la Rivière La Dôa

Le village est perché sur la partie sud des monts de Vaucluse. Cette commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen.
À la fin de l'Antiquité et au début du Moyen Âge, le village de Viens fut connu sous le nom romain de Vegnis. Il faut savoir que les maisons en hauteur du village médiéval datent pour la plupart du XVIe siècle.
Les villes les plus proches de Viens

  • Gignac (4.2 km)
  • Sainte-Croix-à-Lauze (4.3 km)
  • Céreste (4.6 km)
  • Oppedette (4.8 km)
  • Saint-Martin-de-Castillon (5.9 km)
  • Caseneuve (6.7 km)
  • Vachères (7 km)

En 2015, la commune comptait 625 habitants, en augmentation de 3,14 % par rapport à l'année 2010. Le conseil municipal de Viens est composé de 15 conseillers municipaux. La moyenne d’âge y est de 54 ans.
Blason de la petit ville de Viens : De gueules aux deux dauphins couronnés affrontés tenant de leurs gueules une même grappe de raisin par ses sarments, soutenus d'un croissant, le tout d'or.

Tourisme

Viens propose de nombreux sites culturels touristiques. Les principaux sites à voir sur dans le village de Viens sont :

  • Un ancien moulin à huile dans la roche.
  • Château XIIe/XIIIe siècle, très remanié.
  • Tour sarrasine.
  • Ruelles caladées.
  • Plusieurs façades datant de la Renaissance, dont la maison Monier d'Arnaud et la maison Monier de La Quarré.
  • L'église Saint-Hilaire (église romane du XIIe remaniée au XVIIe) et son clocher carré classé monument historique.
  • Des Lavoirs anciens que l’on retrouve au centre du village.

Viens a comme activité principale des cultures fruitières et maraîchères et la distillation du lavandin. Elle produit aussi des vins AOC ventoux.

Histoire

Comme dans la plupart des villages de Haute Provence et du Pays d’Apt en particulier, l’homme a occupé le territoire de Viens dès le paléolithique.

Des traces de la préhistoire existent : flèches, lames, grattoirs. Les vestiges d’une agglomération protohistorique témoignent de l’importance des oppida qui surplombaient la vallée du Calavon.

1000ans avant J.C., les Ligures arrivent, puis les celtes à partir du VIè siècle avant JC, les Romains vers 122 avant J.C. Ces derniers occupèrent une grande partie du territoire puisqu’il existe de nombreuses demeures et villae, des cimetières, une usine de poterie ; Pline le Jeune raconte qu’il existait dans la vallée un relais à proximité de la Via Domitia (Italie – Espagne) en face de la Tour d’Embarde, une des sept tours de garde.

En 1006, apparaît le nom de VEGNIS, donné à ce castrum (fondé en 990) dont il persiste encore des remparts et des bâtisses avec les restes de l’hôpital et sa porte d’entrée voûtée, ainsi que de nombreux souterrains, véritable gruyère creusé dans le rocher. Puis les seigneurs et notamment la famille d’Agoult s’imposent sur le village.

Mais épris de liberté, (une charte est signée en 1357), les Viensois exigent et obtiennent des droits comme celui d’utiliser le four et même plus tard des privilèges parfois très rares tels que l’affranchissement à perpétuité de toutes redevances et taxes, l’exemption de droits lors de la cession d’un lieu, la liberté de disposer des biens et de construire ; l’impôt reste à Viens. Tout cela sous la direction d’un « conseil » viensois. Viens devient avant l’heure une petite république ;

L’économie est florissante au XVIIème, XVIIIème (1 320 habitants en 1716) et XIXème siècles ; on compte deux notaires, un juge, un maître chirurgien, des marchés, des foires, des cordonniers, quatre maréchaux-ferrants, des charpentiers et des tailleurs, des bouchers, des épiciers, des boulangers (il existe encore 3 fours dont un communal du XIVème siècle, restauré à l’identique au XVIIIème siècle). Les « maîtres faiseurs de pierre » et les gipiers de Viens travaillent dans toute la région.

L’agriculture continue à prospérer grâce aux céréales et aux moulins sur le Calavon, aux olives dont on extrait de l’huile, à la vigne, aux amandes, aux élevages de vers à soie et de moutons (jusqu’à 4 500 têtes) et au miel.

La guerre de 1914 – 1918 voit, comme ailleurs, disparaître la plus grande partie de la jeunesse. S’il y avait encore à Viens plus de 1000 habitants au XIXème siècle, il n’en reste que 487 en 1926 et 286 en 1962. Depuis une lente remontée permet d’atteindre plus de 600 autochtones (621 en 2011) et jusqu’à 1 500 l’été.

ch be lu ca